;

actualités

Blogueuse condamnée pour la critique d'un restaurant

Dix mois après avoir publié sur son blog une note négative relative à un restaurant du Cap-Ferret, une blogueuse culinaire a été convoquée début juin au tribunal de grande instance de Bordeaux après la plainte des restaurateurs pour dénigrement et a été condamnée en référé le 30 juin à 1 500 euros de dommages et intérêts et 1 000 euros de frais de procédure, selon Sud-Ouest vendredi.

« J'ai été surprise de recevoir une convocation tant de temps après (...) J'ai trouvé ça très violent comme procédé. Le restaurant n'a même pas cherché à me contacter », confie la jeune femme au quotidien régional.

La note intitulée « L'endroit à éviter au Cap-Ferret » dénonçait le manque d'organisation de l'établissement et l'attitude du personnel. La blogueuse mentionnait dans sa note le nom du restaurant et sa localisation et a été condamnée à en changer le titre.

La gérante du restaurant explique de son côté : 

« Des clients nous ont montré la page de blog en nous disant qu'ils avaient hésité à venir suite à cette critique. 
Ce sont des commerces voisins qui les ont convaincus de venir (...)
On est là depuis quinze ans, ça fait mal de se faire insulter. »

Très bien référencée sur Google, la jeune femme a retiré la totalité de la note de son blog depuis l'audience où elle a assuré elle-même sa propre défense, mais il est toujours disponible en cache.

« Je comprends que l'article ait pu vexer la gérante, mais les conséquences me semblent disproportionnées », affirme-t-elle. 
« Si les blogueurs n'ont pas la liberté de faire des critiques négatives, les critiques positives n'ont plus aucun sens non plus. »

Stratégie payante pour l'établissement ? Pas si sûr. « Sur Trip Advisor, certains commencent déjà à dénoncer ce procès et à remettre en cause les avis positifs postés sur le site » de l'établissement concerné, rapporte ainsi Les gourmands 2.0.

« UNE QUESTION D'ÉQUILIBRE »

Si cette condamnation fait réagir sur les réseaux sociaux – « Chers blogueurs faites attention à vos articles et surtout vos critiques ! » lit-on sur Twitter –, au nom de la liberté d'expression, d'autres plaident pour une critique plus mesurée.

Les frères Pourcel, restaurateurs, sur leur blog Food & Sens, pointent qu'« il semblerait que depuis le développement du Net ce genre de procédure devienne légion dans tous les domaines, et que seul un tribunal peut juger de la pertinence du sujet, de la gravité des critiques, tout ceci restant une question d'équilibre et de limite à poser ».

L'avocate en droit d'auteur Eloïse Wagner rappelle : 

« Ce n'est pas la première fois qu'une action en justice est introduite suite à une critique gastronomique. Toutefois, il semblerait que jusqu'à présent, cela ait été l'apanage des guides. (...) La critique doit néanmoins demeurer prudente et objective. Par ailleurs, elle ne doit pas être inspirée par le désir de nuire à autrui. »

(Cf : http://www.lemonde.fr/style/article/2014/07/11/la-justice-condamne-une-blogueuse-pour-la-critique-d-un-restaurant_4455290_1575563.html)

Lire la suite

×